LE PORTRAIT PHOTO DE PRESSE A-T-IL UN GENRE ET UNE COULEUR ? 
J'ai initié au sein du collectif LaPartDesFemmes cette étude sous le coup d’une intuition : et si l’exercice du portrait photo de presse était genré ? Et si ces portraits étaient porteurs de biais de genre, de classe ou d’origine ?
Nous avons construit une grille d’analyse de chaque photo et nous répondons aux questions suivantes : Qui sont les photographes et les rédacteur•ices des portraits, avec un focus sur les photographes ? Qui est la personnalité photographiée ? genre, origines, profession/fonction, sujets abordés. Quelle est sa position, son attitude ? Est-elle debout ou allongée ? Où se pose le regard, où la photo a-t-elle été réalisée (intérieur, en extérieur). Des accessoires ont-ils été utilisés… ?
Nous produisons des chiffres et des analyses à partir des réponses à ces questions et les situons dans le contexte de la fabrication des images par les journaux avec une description des processus et des métiers impliqués.
Les résultats sont passionnants. Certains viennent confirmer des intuitions, d’autres les infirmer mais surtout nous découvrons des récurrences significatives lorsqu’elles touchent systématiquement et uniquement des catégories de personne. Ils révèlent des archétypes pour la plupart inconscients et donc peu, voire jamais, questionnés.
Cette analyse nous permet également d’avancer sur la question persistante dans les discussions sur la photographie au prisme du genre : y-a-t-il un regard masculin ou féminin en sortant de l’essentialisme de cette question ? Elle nous permet de poser d’autres questions comme : pourquoi n’y a-t-il pratiquement pas de photographes de couleur dans la presse française ? 
En faisant prendre conscience des biais qui façonnent une vision du monde qui gagnerait à être plus inclusive, la publication de ce travail aura un impact concret sur les pratiques.
Publics
Ecoles de photo, de photo-journalisme, de journalisme. Collectifs de photographes. Iconographes et rédactions photo et plus largement toute entreprise ou institution concernée par l'impact de l'image. 
Conférence : 1 h 30
Formation : 1 journée
CARRIÈRES ARTISTIQUES : UNE QUESTION DE TALENT ?
Les carrières des artistes sont des parcours complexes. Le genre, les origines ethniques
et sociales ont des impacts souvent invisibles aux yeux même des concerné·es.
Objectif
Comprendre, par la performance, les mécanismes à l’œuvre, c’est avoir les outils pour anticiper, déjouer, dépasser ces obstacles rarement formulés.
Publics
Etudiant·es et enseignant·es en école d'art ou de photographie. 
Méthode
Les élèves endossent, durant une heure, une identité au hasard et vont se confronter à des réalités dont ils ignorent, pour la plupart, les effets déjà en cours dans leurs trajectoires. Un temps d'échange d'une heure suit la performance qui est réalisée en duo avec Florent Barrallon.
C’est une expérience inédite et unique qui leur fournit des outils efficaces pour leur avenir.
Une version dédiée au enseignant·es est en cours de conception. N'hésitez pas à nous contacter.
Florent Barrallon
Florent Barrallon
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
Florent Barrallon & Marie Docher
Florent Barrallon & Marie Docher
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
Marie Docher
Marie Docher
© Florence Chevalier
© Florence Chevalier
TÉMOIGNAGES

"L’atelier/performance proposé m’a fait me prendre conscience de l’effet et la gravité de certaines discriminations. Même si je me sentais au courant de ces réalités, cet atelier m’a fait repenser l’impact de certains comportements. Quentin V. (ENSA-Bourges)

"Même si nous étions informés de ces discriminations de diverses manières, l'atelier m'a semblé être une aide pour délier les langues et aborder ce sujet de manière objective. L'annonce des pourcentages, des études menées sur ces discriminations et les témoignages m'ont permis de m'investir émotionnellement dans cet atelier. Cela ne rend pas notre futur très envieux mais nous sommes prévenus ! Merci d'être venue pour partager vos recherches et votre combat, bonne continuation !" - Louise A.(ENSA-Bourges)​​​​​​​
PHOTOGRAPHIER : LE POUVOIR DE REPRESENTER (OU PAS)
Photographier est une responsabilité tant la photo est omniprésente. Comment être conscient·es des inévitables biais culturels qui forment nos regards de photographes, d'iconographes ou de responsables photos de presse ou d'institutions ?
Objectif
A travers des exemples concrets, ouvrir le champ des représentations en étant plus averti·es des archétypes ou stéréotypes qui sont à l'oeuvre dans nos visions du monde. 
Publics
Ecoles de photo, de photo-journalisme, de journalisme. Collectifs de photographes. Iconographes et rédactions photo et plus largement toute entreprise ou institution concernée par l'impact de l'image. 
Conférence : 1 h 30
Formation : 1 journée
Back to Top